Annonces

Coach

Exercices

Attaque

Acquisition du timing
Apprentissage du smash
Assurer son service
Attaque smashée
Attaque/Contre - complet
Attaquer en évitant la zone de contre
Attaquer pour marquer
Chercher la rupture
Cibler son attaque
Course d'élan
Elan d'attaque - Flexion des jambes
Enchaîner une attaque après une défense
Réussir une attaque "BASKET"
Vision du jeu adverse lors d’une attaque - type 1
Vision du jeu adverse lors d’une attaque - type 2
Vision du jeu adverse lors d’une attaque - type 3
Tout public   Jeunes   Loisir   Débrouillards   Qui taquine   Champion

Acquisition du timing

La danseuse


 Exercice :
Chaque participant a un ballon.
Le joueur se fait une passe devant lui au plus près du filet et smache. Puis il récupère sa balle en face et se place dans la file d'en face en pas de course.

 Conseil technique :
Tentez de se rapprocher au maximum du filet.
Apprendre à ajuster sa balle.

 Remarque :
En cas de mauvaise passe, on pousse la balle à 2 mains, mais on ne recommence pas.
Au début, la prise en main est un peu laborieuse mais après plusieurs essais, le geste rentre.

Apprentissage du smash

Franky
 Les étapes :
L'idéal est que tu commences à travailler ton geste seul contre un mur sans saut ni course d'élan.
Ensuite progressivement tu fais des lancers de balles de plus en plus haut et tu inclus le saut, le tout sans filet.
Une fois que tu penses que ton geste devient bon tu peux passer au filet.

 un bon geste d'attaque se décompose comme suit :
- 2 à 3 pas d'élan.
- Mettre les bras vers l'arrière pour faire balancier et fléchir les jambes.
- Au moment du saut, ramener les bras vers l'avant pour prendre de l'élan dans le saut et gagner de la hauteur, armer le bras d'attaque loin derrière la tête et cambrer le dos afin d'avoir un peu plus de puissance.
- Pour la frappe, il faut prendre la balle le plus haut possible mais devant soi, jamais au dessus de la tête ou derrière car sinon, 9 coups sur 10 c'est l'avion assurer.
- Le moment où la course d'élan démarre est le moment où la balle à atteint son plus haut niveau, juste avant qu'elle ne commence sa descente, c'est le cas pour des attaque à l'aile.

Assurer son service

Vio


 Déroulement :
L'entraineur prépare 10 ballons au joueur bleu qui va servir 10 fois d'affilée sur les 2 réceptionneurs en attente (les verts).

Tout service raté équivaut à 5 pompes cumulées à faire après les 10 services. Le serveur doit avoir la pression qu'il ressentira en match.

Celui qui ne réceptionne pas file en passe et passe sur le réceptionneur qui va attaquer. Le groupe des 2 réceptionneurs filent alors à la queue et 2 nouveaux réceptionneurs entrent en jeu.

 Objectif :
Le serveur doit trouver un service efficace qui lui permette de mettre ses adversaires en difficulté en limitant au maximum la faute directe.

 A noter :
Chaque joueur devra passer chacun son tour au service.

Bien échauffer les joueurs avant pour l'aider à trouver son service.

Si l'effectif ne permet pas un roulement correct des réceptionneurs, faites les entrer par 3 avec le passeur en fixe.

Attaque smashée

Revue EPS
Pour l'élève, le smash est sans nul doute le geste technique le plus représentatif du volley-ball. Il est donc intéressant d'appliquer cette technique le plus tôt possible.

La finalité du smash est d'envoyer une balle forte, tendue et descendante, vers le terrain adverse; ces caractéristiques sont autant d'indicateurs d'efficacité.

L'attaque smashée pose un certain nombre de problèmes pour l'élève :
» organiser sa course d'élan et son saut par rapport à la trajectoire de la passe,
» dissocier le saut de la frappe,
» doser sa frappe.

 Situation 1

Thème d'étude : dissociation des actions de sauter et de frapper.

Tâche : smasher sur balle fixe, au-dessus du filet pour atteindre la zone la plus proche.

Dispositif :
- un 1/2 terrain divisé en trois zones au-delà des 3m adverses : zone 1 (Z1) 1 point ; zone 2 (Z2), 2 points ; zone 3 (Z3), 3 points,
- un élève, debout sur un plinth tient la balle au-dessus du filet.

Critères de réalisation
Pour sauter (1a)
» départ en arrière de la ligne des 3m,
» 3 appuis au sol en attaquant les deux derniers par le talon de façon plus rythmée (G-DG ou (D-GD),
» les bras sont amenés en arrière lors du 1er pas puis lancés vers l'avant,
» l'appel est pris en arrière de la balle par poussée complète des deux jambes et bloquage des bras devant et vers le haut,
» gainage du bassin.
Pour frapper (1b)
» placer le corps en arrière de la balle,
» armer le bras de frappe en tirant le coude vers l'arrière et pointer la balle avec le bras libre,
» allonger le bras de frappe pour "coiffer" la balle par au-dessus et simultanément abaisser le bras libre.

Critères de réussite
» trajectoire de balle tendue,
» score sur cinq smashs ; les points ne sont attribués que pour les trajectoires tendues,
» aucun point pour les balles fautes (filet, sortie) ou les fautes d'attaque (pénétration, filet).

 Situation 2

Thème d'étude : moment propice au saut et placement derrière la balle.

Tâche : smasher sur des trajectoires de balle variant en hauteur et en profondeur.

Dispositif :
- un 1/2 terrain avec trois zones (voir situation 1),
- un élève envoie des balles en cloche toujours au même endroit, soit à partir des 3m adverses (2a) soit des 3m de son propre terrain (2b).

Critères de réalisation
» partir derrière la ligne des 3m et au moment où la balle est au sommet de sa trajectoire,
» rester placé derrière la balle,
» frapper au sommet du saut.

Critères de réussite
» trajectoire de balle tendue,
» score sur cinq smashs ; les points ne sont attribués que pour les trajectoires tendues,
» aucun point pour les balles fautes (filet, sortie) ou les fautes d'attaque (pénétration, filet).

 Situation 3

Thème d'étude : placement dans l'axe de la balle au moment de la frappe.

Tâche : smasher sur des trajectoires de balle variant latéralement.

Dispositif :
- un 1/2 terrain avec trois zones, séparé en deux longitudinalement,
- un élève envoie des balles toujours à la même hauteur mais soit à droite (3a), soit à gauche (3b) du plot.

Critères de réalisation
» partir face au plot et derrière la ligne des 3m,
» course curviligne pour se retrouver dans l'axe de la balle et face au filet,
» quand le smash se fait de la droite du filet (poste 2), viser la partie gauche adverse (postes 1 ou 2) ; quand il se fait de la gauche (poste 4), viser les postes 5 ou 4 adverses.

Critères de réussite
» trajectoire de balle tendue et croisée,
» le score est établi de la même façon que dans les situations précédentes.

 Situation 4

Thème d'étude : replacement avant le smash.

Tâche : enchaîner trois smashs consécutivement.

Dispositif :
- un 1/2 terrain avec trois zones (voir situation 1),
- un passeur (P) au niveau du filet et un attaquant (A) situé derrière la ligne des 3m,
- A envoie une balle à P qui effectue une passe d'attaque à A qui smash (4a),
- à la réception au sol de A, P lui envoie une balle haute au-delà des 3m (4b),
- A se replace pour envoyer la balle à P qui fait une passe d'attaque pour que A smash et ainsi de suite (3 fois)

Critères de réalisation
» se replacer en reculant au niveau de la ligne des 3m entre chaque smash,
» pour le départ de la course, attendre que la balle ait quitté les mains du passeur.

Critères de réussite
» identiques aux situations 1 et 2.

Attaque/Contre - complet

marco#7


Parcours du ballon : __________
Parcours du joueur : ----------

Réception/attaque :
Passeur :
Central :
Libero :

 Exercice :
Placer un joueur en 4, un joueur en 2 et un passeur d'un coté du terrain (ici, coté gauche du terrain).
Faire deux colonnes d'attaque en 2 et 4 de l'autre coté avec un passeur.
Le ballon part de la file poste 4 (A1) qui envoie le ballon au passeur qui lui remet pour attaquer en 4.
A3 bloque ligne.
A1 attaque diagonale sur A2 qui joue la balle à fond avec son passeur.
A1 de suite après son attaque, court pour aller contrer en poste 2 face à A2.

 Rotation :
A1 passe sous le filet prendre la place de A2.
A2 part se mettre dans la file d'où A1 est partie.
A3 recule en défense.
L'exo redémarre. Même principe sauf que le ballon par de la file du poste 2. Donc le schéma s'inverse.
Puis la balle repart du poste 4, puis 2, puis 4...

 Remarque :
Selon le niveau s'il y a trop de déchet sur l'attaque contrôlée diagonale de A1, passer la balle a deux mains.
Possibilité de rajouter un central du coté de A1 pour travailler le bloc formé à deux en 4 et en 2.
Possibilité de rajouter un libero du coté A2 pour défendre, relancer à deux. Le libero dans ce cas, se déplacera à chaque attaque. Sur le premier ballon il défend diagonale avec A2. Puis sur le ballon d'après il va défendre diagonale avec A3. Et fait comme cela la navette tout l'exo.
Exercice de début d'entraînement, qui présente l'avantage de se faire à 8 comme à 14.
Point sur lequel bien appuyer avant le début de l'exo : penser a aller contrer après son attaque. Il faut savoir s'adapter à une consigne et se concentrer un minimum.

Attaquer en évitant la zone de contre

Alex74
 Objectif (amélioration de) : Attaquer en évitant la zone de contre.

 Procédures : Exercice en semi-collectif.

 Consignes générales : Se placer à l'attaque selon la relance et savoir observer le contre adverse avant d'attaquer.

 Consignes techniques : Le lanceur n'étant pas en position d'attaquer, il lance un ballon sur R et se met en base 1 de défense. Donc, le passeur pénètre du poste 1 et les deux relanceurs se partagent le fond du terrain. La relance s'effectue sur la zone de passe, assez haute. Le passeur fait attaquer l'attaquant puis le soutient. L'attaquant au moment du saut doit voir la zone de contre pour l'éviter. Les contreurs doivent être ensemble et contrer une zone (ligne ou diagonale) et les défenseurs se placer par rapport au contre.

 Critères de réussite : Sur le temps de préparation de l'attaquant : Est-ce que j'ai eu le temps de me préparer pour attaquer ? (la relance est-elle bonne ?) Est-ce que je suis parvenu à voir la zone de contre ?

 Effectif idéal : 9 (minimum de 5)

 Déroulement :
L : lance 10 ballons dans les 2 moitiés du terrain et va en base 1 avec D pour défendre.

R : déplacement rapide et relance sur la zone de passe.

P : pénétration rapide du poste 1 et qualité de la passe sur A.

A : regarde la relance et tâche de voir le contre pour l'éviter.

C : cohésion des contreurs et choix ligne diago.

Nombre de répétition : 10 lancers avant changement.

Temps d'exécution prévu : 20 minutes
 Evolution positive : L'attaque peut s'effectuer au poste 3 et 2. Si le ballon est défendu, il y a possibilité de reconstruire une attaque aux 3 mètres du côté de la défense.

 Evolution négative : L'entraîneur fait la relance ou l'attaquant envoie directement son ballon sur le passeur qui continue de pénétrer. Le contre est fixe et ne bouge pas.

 Bilan de séance : Points + / Points

Attaquer pour marquer

Vio
2 ballons qui circulent d'un camp à l'autre



 Exercice :
Cet exercice remplace les traditionnelles attaques à la file indienne. Dans un 1er temps, attaques des rouges chacun à leur tour et à leur poste. Passe sur le passeur puis attaque. Tant que les rouges marquent le point, ils continuent d'attaquer.
Les verts doivent réceptionner sur le passeur. Si le passeur adverse saisit la balle, c'est à l'équipe verte d'attaquer sur l'équipe rouge.
Dès que la réception chez rouge est réussi, c'est de nouveau aux rouges d'attaquer et ainsi de suite.

 Conseil technique :
Regarder le jeu avant d'attaquer n'importe où, le but est de marquer le point...Pas de contre, le passeur doit attendre les petites balles derrière le filet.

 Remarque :
Ca peut se faire avec un seul passeur qui change de camp pour faire attaquer. Dans ce cas, réception sur soi.

Chercher la rupture

Alex74
 Objectif (amélioration de) : Vision du jeu adverse et relation sur sa ligne d'attaque.

 Procédures : Exercice en semi-collectif.

 Consignes générales : Opposition entre les lignes avant, avec enchaînement de tâches (défense sur trois mètres ou contre) défense pour contre-attaquer et vision du jeu adverse pour marquer le point uniquement dans les 3 mètres adverses ou sur attaque. Il y a deux contraintes : la continuité s'effectue sur deux échanges au dessus du filet et interdiction de pousser le ballon au-delà de la ligne des trois mètres sauf si je suis en situation d'attaquer. Après deux échanges, la rupture est à trouver (sur attaque ou dans 3 mètres).

 Consignes techniques : le ballon part de E ou d'un joueur, P, C et A doivent communiquer pour pouvoir contre-attaquer en offrant le plus de choix au passeur. Pour faire le point, la vision du jeu adverse est primordiale.

 Critères de réussite : Est-ce que je suis en position pour marquer ? Quelles sont les zones de conflit avec mes partenaires ?

 Effectif idéal : 9 (minimum de 6)

 Déroulement :
Au contre : je suis en face de mon attaquant.

Après la défense : je me prépare à attaquer.

A l'attaque : vision du jeu et si je peux attaquer, je le fais.

En défense : soit je contre, un contre un, soit je recule face au filet sur la ligne des 3 mètres.

A la passe : je soutien mon attaquant.

Intensité : l'équipe perdante est remplacée par celle en attente.

Temps d'exécution prévu : 15 minutes.
 Evolution positive : La rupture s'effectue de suite. Les points peuvent être comptés ainsi : 2 points si je marque dès le premier échange. Un passeur peut pénétrer.

 Evolution négative : Le ballon part directement d'un attaquant qui fait sa passe au passeur. Durant les deux premiers échanges, il n'y a pas d'attaque, uniquement des passes pieds au sol.

 Bilan de séance : Points + / Points

Cibler son attaque

La danseuse


 Déroulement :
Les joueurs attaquent avec pour objectif d'éviter le réceptionneur, qui est seul à défendre et qui détermine seul sa position de défense. Si le réceptionneur ne réceptionne pas, l'attaquant continue d'attaquer et reprend la file (en vert).
Si le réceptionneur parvient à réceptionner, on tourne. L'attaquant "perdant" va en passe (en rouge), le passeur va en réception (en bleu) et le réceptionneur "gagnant" va en attaque.

 Objectif pour l'attaquant :
Eviter le réceptionneur en ciblant les points stratégiques ou laissés libres.
Regarder le terrain adverse avant d'attaquer.

 Objectif pour le réceptionneur :
Apprendre à connaître son adversaire. Un attaquant qui ne varie pas ses attaques sera vite repéré par le réceptionneur.

 A noter :
Le joueur prendra vite conscience que pour rester en attaque, il devra se montrer aussi agressif qu'intelligent. L'attaquant devra éviter de faire des attaques trop lentes qui laissent le temps au réceptionneur de se positionner, et il sera contraint de varier ses attaques.
L'envie d'attaquer dans cet exercice pousse à s'appliquer aussi bien en attaque qu'en réception et développe la gnak sur le terrain.
Si la balle est out, on tourne.

Course d'élan

chouchoune


 Exercice :
On met un petit obstacle au niveau de la ligne des 3m. Le joueur saute au-dessus de l'obstacle et se récupère sur le pied gauche (pour le droitier), ensuite il marque un temps de pause. Il enchaîne ensuite droite - gauche très vite. Et inversement pour les gauchers.

 Evolution :
On peut ensuite leur donner une balle de tennis à aller smasher derrière le filet, puis un entraîneur peut envoyer un ballon.

Elan d'attaque - Flexion des jambes

JK
 Objectif(s) :
Forcer la joueuse à plier les jambes au maximum possible afin d'obtenir la meilleure détente.
Initier le mouvement par un départ surélevé va forcer la joueuse à se réceptionner en souplesse en commençant à fléchir les jambes. Cela permet à la joueuse de prendre conscience qu'il faut d'abord descendre pour ensuite remonter (flexion puis extension).
Ce travail peut être utile chez des joueuses qui ne fléchissent leurs jambes qu'à 40-50% de leurs possibilités et donc perdent de précieux centimètres de détente, ce qui est souvent le cas chez des joueuses sans bonne base technique.

 Position de départ :
Debout sur un banc d'une hauteur de 30-50 cm

 Mouvement :
Chaque joueuse va effectuer un mouvement d'élan d'attaque en posant en premier lieu le pied opposé à la main de frappe (pied gauche pour les droitières, pied droit pour les gauchères).
Attention à la réception de ce premier pas, éviter les chocs sur le talon sans pour autant bloquer sur la pointe.
La flexion de la jambe continuera de manière plus accentuée avec le deuxième pas qui doit aboutir à la flexion maximale possible avant explosion pour le saut.
La joueuse ramène ensuite son autre pied à hauteur du premier afin de compléter la flexion et d'entamer le saut d'attaque.

 Vision de l'entraîneur :
L'entraîneur doit être attentif à :
 - la souplesse et la fluidité du mouvement (éviter les chocs).
 - la position des pieds lors des contacts au sol (éviter les pieds en canard qui rendent difficile la flexion quasi-symétrique des jambes).
 - la flexion optimale des jambes.
 - l'explosivité au moment du saut.
 - le timing et le changement de rythme (Uuuuuun - deux - trois).
 - l'utilisation des bras comme balancier.

Enchaîner une attaque après une défense

jipils


 Description :
Le joueur du poste 4, commence collé au filet, fait un block et au moment où il touche le sol le joueur en poste 2 lance sa balle pour lui-même et attaque (self-attaque).
Le joueur de 4 descend au trois mètres pour défendre, enchaînement défense, passe attaque, enfin dès qu'il tape dans la balle, le coatch (n°2) envoie une balle sur le passeur qui joue pour le joueur de poste 4, ensuite on décale d'une place.

 Variante :
on peut rajouter un blockeur face à l'attaquant de 4, ou sur la deuxième passe le passeur joue pour le poste 2 et obligation du joueur du poste 1 de partir toucher la ligne de fond et enchaîner un plongeon...(idem pour le 2 si le 4 attaque).

Réussir une attaque "BASKET"

Hugonoof
 But :
Il y a deux intérêts à cette attaque :
- Soit le but est de prendre de vitesse le contre (lieu et temps). Cette "attaque de flanc" peut être effectuée à différents endroits du filet, ce qui constitue aussi une possibilité d'ouvrir des intervalles dans le bloc adverse.
- Soit d'utiliser une hauteur est une puissance de frappe plus importante amener par la technique de saut spécifique à la basket.



L'avantage de cette course d'élan qui va dans le même sens que celui de la passe est que l'on peut "attraper" le ballon.
- Dans un cas, l'idée d'utiliser une attaquante en basket est de constituer une menace indirecte de fixation dans l'espace puis le temps (la passe devra donc est relativement rapide).
- Dans l'autre cas la basket sera utilisé comme une attaque haute en bout de filet ou pour créer un deuxième temps d'une combinaison.

L'attaque sur un pied introduit plusieurs avantages :
- Un tempo de plus par rapport à une attaque en prise d'élan classique: c'est la variable de temps supplémentaire.
- Une hauteur qui peut être plus importante grâce a la vitesse de course d'élan.
- La possibilité d'avoir "une fenêtre de frappe" plus grande grâce au saut en longueur que peut procurer un saut a un pied.

   


Principalement il existe deux zones de frappes, juste derrière la passeuse (Basket Tête) ou en deux proche de la mire (basket 2).
Plus le niveau de l'équipe augmente plus il existe de zone de frappe.

 Exemple de combinaisons possibles :
Sur le plan des options tactiques, le choix peut consister à prendre le bloc adverse de vitesse et de lieu (exemple 1 en page suivante), à utiliser un intervalle existant (exemple 2) ou à créer un intervalle libérant une joueuse de la ligne arrière (exemple 3). Ces principes peuvent bien entendu être cumulés.





 Course d'élan et pose des appuis :
a) Pour une joueuse centrale



La prise d'élan est caractérisée par la pose de l'appui droit devant la passeuse, et seul le dernier appui donne une indication sur le lieu de frappe.

Entre la Fixe et une basket Tête, seul le dernier appui (Gauche) varie.

Avant la pose de cet appui, il y a une prise de vitesse. Une fois l'appui posé devant la passeuse, il peut suivre un seul appui percuté (choc de la jambe gauche) pour obtenir un

ballon attaqué près de la passeuse. Mais il est aussi possible de rajouter un double pas droite/gauche pour prolonger la course d'élan jusqu'à la mire.

b) Pour une joueuse poste 4 (Réceptionneuse/Attaquante) :



La trajectoire est moins parallèle au filet.

On peut noter que les équipes de haut niveau maîtrisent au minimum 3 secteurs de filet distincts (zone intermédiaire entre la passeuse et la mire en plus).



Le modèle européen (aussi utilisé par les équipes du continent américain) repose lui sur la hauteur et la puissance. La notion de flux et de rythme par rapport à la passeuse et aux courses d'élan est primordiale.

 D'un point de vue Technique :


Sur le plan technique, il faut considérer le problème de l'association et de la dissociation des épaules.

La montée de jambe qui intervient dans le saut est coordonnée avec un armé de bras non précédé du balancier classique. Il y a association du haut et du bas du corps dans la phase ascendante du saut. En revanche, il y a dissociation pendant la frappe de balle (le corps poursuit son flottement vers l'extérieur du terrain tandis que l'épaule et le bras de frappe s'engagent en direction du ballon. Cette motricité spécifique demande un certain entraînement "à vide".

Les différentes phases de la basket en 2 :

N° 1: la synchronisation avec le ballon et la passeuse
La phase d'approche se réalise dans la direction de la passeuse (vers le filet). Lorsque cette dernière contacte le ballon, l'attaquante pose successivement le pied gauche pour prendre appui et accélérer sa course d'élan le long du filet, puis le pied droit (parallèle au filet) devant la passeuse. Ce point de départ est essentiel à la prise de vitesse par rapport à la passe, les deux appuis sont dynamiques et posés dans la même demi seconde.

N° 2 : l'accélération
Dans la continuité de la première phase, la prise d'appui droit permet d'engager une course d'élan équilibrée avec utilisation des bras.

N° 3 : le point de réalisation de la phase de saut
Le pied droit détermine le lieu de saut. Il sera posé en fonction de la profondeur du saut (la distance entre le lieu d'envol et le lieu de retour au sol, qui doit être contrôlée). Le mouvement des bras passe d'un mode dissocié à un mode associé (symétrie du balancier de bras à en arrière du buste). Pendant tout ce temps, le ballon n'est pas perdu des yeux.

N° 4 : L'impulsion verticale
Si la vitesse de la balle est relativement faible (temps 1), on va réaliser un saut vertical. Le pied gauche dépasse le pied droit et la flexion de la jambe gauche permet de réaliser une poussée importante. La vitesse horizontale emmagasinée pendant la course d'élan est bloquée sur l'avant-pied gauche et transformée en impulsion verticale. La réception aura lieu juste a coté du lieu d'impulsion).



N° 4 bis : L'impulsion horizontale
Si la vitesse de la balle est relativement rapide (temps 0), on va réaliser un saut horizontale (en profondeur). Le pied gauche dépasse le pied droit et la flexion de la jambe gauche permet de réaliser une poussée importante vers l'avant. La vitesse horizontale emmagasinée pendant la course d'élan va permettre à la joueuse de flotter et d'atterrir au minimum un mètre plus loin.



N° 5 : l'armé de bras Dans la continuité du balancier de bras réalisé lors de la course d'élan, l'ouverture du coude vers l'arrière se produit lors de l'élévation verticale. Le point d'appui sur le pied gauche permet de construire un axe vertical stable sur un axe épaule gauche + hanche gauche + pied gauche autour duquel tournera le côté droit du corps.



N° 6 : L'équilibre
Lors de cette même phase, la montée du genou droit permet de réguler de manière significative la hauteur ou la profondeur souhaité.
Pour le haut du corps, le bras gauche est ramené sur le buste autour du centre de gravité, ce qui permet de dissocier le bras droit à l'extérieur du même centre de gravité. Les visions centrales et périphériques permettent de visualiser l'approche du ballon ainsi que la zone où celui-ci va être frappé. Cette zone ira en se précisant jusqu'à la frappe.

N° 7 : la frappe
Le côté droit du corps revient vers le filet (frappe avec les épaules face au filet) en tournant autour de l'axe vertical d'impulsion (côté gauche du corps). La frappe est réalisée avec le bras tendu, la balle est fouettée vers le sol.

N° 8 : Le retour au sol
Le retour au sol doit être réalisé de préférence équilibré, et sur deux appuis. Une réception de saut sur un seul appui se termine rapidement par d'importants problèmes de genou.

Vision du jeu adverse lors d’une attaque - type 1

Alex74
 Objectif (amélioration de) : De la vision du jeu adverse lors d'une attaque.

 Procédures : Agilité / Coordination.

 Consignes générales : Savoir observer l'équipe adverse avant d'attaquer pour faire le point.

 Consignes techniques : L'attaquant fait une passe sur le passeur pour qu'il le fasse attaquer à son poste. Le défenseur lorsque le passeur touche la balle, décide d'aller dans un des carrés du terrain. Au moment du saut d'attaque, l'attaquant doit regarder le terrain adverse et non plus son ballon, afin d'attaquer ou de faire une balle courte sur le défenseur.

 Critères de réussite : Sur la vision du jeu adverse : Quand est-ce que j'ai vu le défenseur dans sa partie de terrain ? Est-ce que j'ai pu attaquer le ballon normalement ?

 Effectif idéal : 5 (minimum de 3)

 Déroulement :
A : fait une passe sur P, se prépare à attaquer et regarde le joueur adverse (D). A doit attaquer sur D.

P : fait une passe à A.

D : au moment où P touche le ballon doit faire un choix et aller dans un des carrés du terrain.

Nombre de répétition / Intensité : après l'attaque, A va en défense et D va à l'attaque.

Temps d'exécution prévu : 10 minutes maximum (5 idéal).
 Evolution positive : Un contreur peut-être rajouté afin de masquer la vision du jeu adverse ou alors, D retarde au maximum son choix de défense.

 Evolution négative : Le défenseur lors du toucher de ballon du passeur annonce la zone qu'il va occuper.

 Bilan de séance : Points + / Points

Vision du jeu adverse lors d’une attaque - type 2

Alex74
 Objectif (amélioration de) : De la vision du jeu adverse lors d'une attaque.

 Procédures : Agilité / Coordination.

 Consignes générales : Savoir observer l'équipe adverse avant d'attaquer pour faire le point.

 Consignes techniques : L'attaquant fait une passe sur le passeur pour qu'il le fasse attaquer à son poste. Le défenseur lorsque le passeur touche la balle, défend en grande diagonale et annonce avec sa main, un nombre entre 1 et 5 sur sa poitrine. Au moment du saut d'attaque, l'attaquant doit regarder le défenseur et non plus son ballon, afin d'attaquer sur le défenseur et crier le numéro annoncé.

 Critères de réussite : Sur la vision du jeu adverse : Quand est-ce que j'ai vu le signe du défenseur ? Est-ce que j'ai pu attaquer le ballon normalement ?

 Effectif idéal : 5 (minimum de 3)

 Déroulement :
A : fait une passe sur P, se prépare à attaquer et regarde le joueur adverse (D). A doit attaquer sur D et crier le numéro annoncé.

P : fait une passe à A.

D : au moment où P touche le ballon doit défendre en grande diagonale et annoncé sur sa poitrine un nombre avec sa main entre 1 et 5.

Nombre de répétition / Intensité : après l'attaque, A va en défense et D va à l'attaque.

Temps d'exécution prévu : 10 minutes maximum (5 idéal).
 Evolution positive : Le défenseur annonce un nombre avant que le passeur touche la balle et un autre nombre au moment du toucher de balle du passeur.

 Evolution négative : Le défenseur ne fait plus de signe, mais lève un bras ou une jambe ou s'assoit lors du saut de l'attaquant et l'attaquant doit crier ce que fait le défenseur.

 Bilan de séance : Points + / Points

Vision du jeu adverse lors d’une attaque - type 3

Alex74
 Objectif (amélioration de) : De la vision du jeu adverse lors d'une attaque.

 Procédures : Agilité / Coordination.

 Consignes générales : Savoir observer l'équipe adverse avant d'attaquer pour faire le point.

 Consignes techniques : L'attaquant fait une passe sur le passeur pour qu'il le fasse attaquer à son poste. Les deux défenseurs lorsque le passeur touche la balle, défendent en grande diagonale et/ou ligne, après s'être concerté discrètement. Au moment du saut d'attaque, l'attaquant doit regarder les défenseurs et non plus son ballon, afin d'attaquer sur le poste libre.

 Critères de réussite : Sur la vision du jeu adverse : Quand est-ce que j'ai vu le poste libre ? Est-ce que j'ai pu attaquer le ballon normalement ?

 Effectif idéal : 6 (minimum de 4)

 Déroulement :
A : fait une passe sur P, se prépare à attaquer et regarde les défenseurs adverses (D). A doit attaquer sur le poste libre.

P : fait une passe à A.

D : au moment où P touche le ballon doivent défendre en grande diagonale et/ou ligne. Rappel sur les placements.

Nombre de répétition / Intensité : après l'attaque, A va en défense et D va à l'attaque.

Temps d'exécution prévu : 10 minutes maximum (5 idéal).
 Evolution positive : Un ou deux contreurs peuvent être ajoutés afin de rendre plus difficile la vision du jeu.

 Evolution négative : L'attaquant doit viser un des deux défenseurs.

 Bilan de séance : Points + / Points