Annonces

Coach

Préparation physique

Entretien Général

Echauffement : étirement activo-dynamique
Prépa athlétique de la jeune joueuse
Prépa physique (début de saison)
Réveil musculaire : stretching postural
Tout public   Jeunes   Loisir   Débrouillards   Qui taquine   Champion

Echauffement : étirement activo-dynamique

Falcon

Prépa athlétique de la jeune joueuse

Hugonoof
 Principes :
L'objectif spécifique d'un programme de préparation athlétique pour les jeunes est de créer un athlète "générique", doté des groupes musculaires et articulaires nécessaires à supporter les sollicitations, à bref et moyen terme, imposées par la pratique du volley tout au long d'une carrière.
Si en revanche, la carrière devait s'arrêter précocement, pour choix divers, on aura, tout de même, la certitude d'avoir contribué à construire une personne physiquement préparée et qui aura une mineure prédisposition aux blessures génériques qui concernent la vie de tous les jours.
De plus, nous considérons que la préparation physique doit en priorité permettre d'obtenir un répertoire moteur le plus riche possible, favorisant ainsi par la suite l'apprentissage technique spécifique à l'activité.

Les lignes de conduite à suivre sont les suivantes :
A- Travail à charge naturelle ou à charge minimale
B- Travail en conditions de sécurité totale
C- Continuité du travail tout au long de la saison
D- Essayer de respecter les étapes d'apprentissage :

La période Pré pubertaire : COORDINATION MOTRICE, EQUILIBRE, VITESSE DE REACTION...
Le 1er période pubertaire : (Lorsque la joueuse commence à prendre du poids et de la taille), FORCE, VITESSE, ENDURANCE, MOBILITE...
La 2eme période pubertaire : (une fois que la taille et la morphologie n'évoluent presque plus), COORDINATION MOTRICE FINE, EQUILIBRE, RENFORCEMENT MUSCULAIRE...
Les modalités génériques du travail peuvent êtres résumés à travers certains points :
A- Le travail s'ouvre toujours avec une phase d'échauffement et d'activation musculo-articulaire d'environ 10 ou 15 minutes.
B- Le travail se déroule sous forme d'un circuit comprenant des ateliers, exécutés par couples d'athlètes pour une durée d'environ 30 secondes (pendant que l'un travaille, l'autre récupère) sur une durée de 10 min. avec récupération, soit chaque joueuse effectuera 10 ateliers (ça pourra être 10 ateliers différents, ou 2*5 ateliers ou 5 passages sur 2 ateliers...)

En total, donc, chaque séance de préparation " enlève " 10 minutes à l'entraînement normal, mais il s'agit d'un investissement afin d'éviter que, lorsque à 16/17 ans, l'athlète commence à travailler sérieusement sur la préparation athlétique et sur le renforcement spécifique, l'on puisse se retrouver avec des équipes décimées par les blessures et les douleurs musculo-articulaires chroniques.
De plus, nous devons insister pour que la jeune joueuse prenne conscience dés son plus jeune age que la musculation n'est pas faite pour prendre de la masse musculaire, mais bien pour affiner des gestes techniques et pourquoi pas améliorer ses performances physiques.

 Phase d'échauffement :
Si l'on décide que l'activité de préparation athlétique doit être exécutée en début d'entraînement, la phase d'échauffement devient la première partie de travail pendant l'entraînement.
Si vous désirez placer la partie athlétique en fin de séance d'entraînement, cette phase, même réduite, reste indispensable car après un petit match ou une phase de jeu, les athlètes se sont très certainement "refroidis".
Dans l'échauffement, on peut insérer toute forme de jeux et d'exercice allant stimuler l'activation musculaire et cardio-vasculaire.
Eviter autant que possible la traditionnelle course autours du terrain pendant 3 à 5 min.

Exemples :
A - Course de 1 a 2 minutes maximum visant à " réveiller " la machine (avec changements de directions réguliers, petits sauts, flexions, et mouvements en tout genre).
B - Assouplissement de toutes les articulations en partant du bas pour ne rien oublier.
C - Petits Jeux avec obligations de déplacements rapides : Passe a dix, foot avec les poings, relais...
D - Etirements activo-dynamique.

Les solutions et les options sont innombrables, donc, chaque entraîneur peut choisir celles qu'il estime être les plus opportunes, le plus important étant d'essayer de rendre ludique cette phase de l'entraînement. L'excitation du joueur provoqué par un exercice qu'il ne connaît pas, favorisera son investissement mental et physique, ce qui intensifiera son échauffement.

 Phase de préparation et muscles sollicités :
La phase centrale de préparation doit être étudiée en fonction de deux critères très précis, à savoir toujours essayer de respecter le Rapport agoniste/antagoniste et la notion de Force/vitesse.
Lorsque l'on observe les efforts requis en volley-ball, on constate que l'effort explosif est primordial.
On arrive à la contradiction suivante : souvent pour préparer des efforts explosifs brefs de grande qualité on utilise des exercices lents en grosse quantité. On oublie que musculairement ces 2 types d'efforts n'ont rien à voir. On peut même ajouter que dans un cas on développe les fibres lentes (endurance) et que dans l'autre on a besoin surtout des fibres rapides (explosivité).
Par exemple, a trop pratiquer la course lente, on va à l'encontre du but recherché : améliorer l'efficacité du joueur.

Pour avoir un langage commun et éviter de rentrer dans un jargon médical complexe (nom des muscles...) nous allons diviser nos exercices en 4 catégories (ceci étant vous trouverez en annexe toutes les informations précises nécessaires pour aller plus loin) :

La force va s'exprimer de deux manières dans le volley-ball :
- la frappe de balle (au smash et au service) sera travaillée par des exercices catégorisés "Haut du Corps".
- le saut (au smash et au contre) et les déplacements seront travaillés par des exercices catégorisés "Bas du Corps".

La vitesse quant à elle va s'exprimer :
-Coordination motrice, déplacements et équilibres seront travaillée par des exercices catégorisés "Développement Moteur".

Pour permettre une bonne préparation du dos nécessaire à la stabilisation Spécifique de la colonne Lombaire, il est primordial de faire travailler la sangle abdominale ainsi que les muscles dorsaux lombaire, par des exercices catégorisés "gainage".

Pour résumer tous les exercices proposés se classeront dans ces 4 catégories :
Haut du corps, Bas du corps, Développement moteur, gainage.

 La place des Etirements :
Depuis quelques années, les étirements ont commencé à être passés au crible de l'expérimentation de terrain et de laboratoire afin de mettre en évidence quels sont REELLEMENT les effets des étirements, a l'heure actuel il existe encore beaucoup de points d'interrogations quand au effets positifs, cependant, grâce a diverse études, il existe maintenant quelques certitudes de contre indications.

a) Les étirements de début d'entraînement :
- Les étirements passifs avant un match ou un entraînement diminuent la vitesse, la force et la puissance musculaires, ils sont donc nuisible et à bannir.

- Les étirements actifs (et/ou dynamique) entraînent systématiquement une diminution de force maximale et une augmentation de l'amplitude articulaire, ceci entraîne donc une augmentation de la vitesse de mouvement et une diminution de puissance musculaire.
Ayant défini l'activité physique du volley comme la résultante de la combinaison Force/vitesse ce type étirement peut donc s'avérer intéressant dans le sens ou il n'aura pas d'effets négatifs sur la performance, mais a priori il n'aura pas d'effet positif non plus (sur la performance).
Alors pourquoi en faire ? Les étirements Activo-Dynamique présentent toutes fois la caractéristique d'échauffer vraiment un muscle précis en profondeur et ce en un minimum de temps.
Etre certains que tous les muscles sont chauds et prés à produire un effort maximal sans risque de blessure et ça en un temps minimum permettant de libérer du temps pour le reste de la séance est une notion non négligeable pour un entraîneur.
Ceci étant, nous admettrons que sur un corps au préalable bien échauffé, les étirements activo-dynamique sont inutiles, par contre il faudra être certain que l'échauffement classique qu'on aura effectué aura bien échauffé l'ensemble des muscles que nous allons sollicités...

b) Les étirements en fin d'entraînement :
Le principe des étirements en fin de séance et d'aider le muscle a reprendre sa taille normale suite aux nombreuses contractions qu'il a subit, l'intérêt est donc d'accélérer la récupération.
Cependant les études faites sur se sujet restent encore contradictoire, et la qualité des étirements reste l'élément déterminants dans l'accélération ou le ralentissement de la récupération.
Néanmoins ils sont tous d'accord sur certains points :
- L'effet immédiat et à court terme des étirements sur des muscles fatigués et courbaturés nuisent a la récupération, ils ne font qu'aggraver les micro-lésions au sein des muscles.
Ainsi, il paraît souhaitable de ne pas étirer un muscle suite à une séance dont on sait qu'elle entraînera des courbatures.
- Il vaut mieux ne pas faire d'étirements de fin de séance si on ne sait pas exactement ce qu'on fait, l'objectif par contre, est de solliciter les jeunes sur la notion de retours au calme, ainsi se retrouver 5 min au centre du terrains en effectuant quelques étirements passifs bref, n'aura aucun effet physique sur le muscle (positif ou négatif), mais par contre un effet positif sur le cerveau qui interprétera cela comme la fin de la séance et donnera plus facilement l'ordre au muscle de se relâcher.

c) Les étirements en tant que réveil musculaire (stretching postural) :
Dans le domaine sportif, le stretching a une double vocation, à savoir la prévention et la performance.
La contraction (dynamique) d'un muscle entraîne systématiquement l'extension de son antagoniste, par exemple, la contraction du biceps, fléchisseur de l'avant-bras sur le bras, entraîne l'extension du triceps, extenseur de l'avant-bras sur le bras.
Lorsqu'un muscle se contracte violemment, si son antagoniste du fait d'un potentiel d'extensibilité insuffisant, ne se laisse pas étirer dans le même temps, et dans une mesure suffisante, il y a un risque de lésion.
Dans notre cas nous utiliserons uniquement le Stretching Postural, qui est une technique non dynamique de préparation au mouvement, basée sur un ensemble précis de postures d'auto étirement et de contractions musculaires, soutenues par des respirations spécifiques.
Le stretching postural dans notre cas aura le double intérêt de réveiller les muscles et de développer les capacités motrices de la joueuse par la découverte de son corps.

Cette méthode prend tout son sens lors des séances d'entraînement ayant lieu le matin ou en début d'après midi, ou lorsque nous voulons effectuer un décrassage musculaire quelques heures avant la compétition ou l'entraînement.

La respiration est l'élément clé de tous les exercices présentés ci-dessous.

a) "L'initiation au travail avec charges " par G. COMETTI :
Une étude des publications scientifiques (essentiellement anglo-saxonnes) montre que les gains de force chez l'enfant présentent certaines caractéristiques spécifiques.
Au cours de la pré-adolescence, les progrès en force à la suite d'un entraînement sont significatifs alors que pendant longtemps on a pensé que la force ne pouvait être améliorée.
La force volontaire (impliquant les facteurs nerveux) progresse. La force intrinsèque du muscle évolue également (qualité des fibres et couplage excitation/contraction).
Par contre, la masse musculaire évolue nettement moins que chez l'adulte ou même l'adolescent (50% de moins selon Fukunaga).
Au cours de l'adolescence les différences avec l'adulte sont minimes. L'adolescent réagit à l'entraînement de force comme l'adulte.
Les études portant sur les tendons et les os sont rares ; toutefois, Sale (1989) ne constate aucun indice permettant de penser que des problèmes particuliers puissent intervenir.
Par contre tous les auteurs sont unanimes pour reconnaître que la vigilance dans l'exécution technique des mouvements est fondamentale.
Quand cette condition est respectée, les auteurs soulignent que les risques ne sont pas supérieurs à ceux rencontrés dans les autres pratiques sportives.

1) L'initiation du travail avec charge :
Le travail avec charges pose 3 problèmes :
L'initiation au squat (charge sur les épaules).
L'apprentissage du travail avec barre (mouvements généraux).
la musculation du haut du corps.
Pour le squat, la progression passe par l'isométrie.
Le travail avec barre s'inspire du travail de JP Egger exécuté barre à vide, et réside plus sur la coordination que sur la force.
La musculation du haut du corps doit s'effectuer avec une éducation de l'amplitude de l'épaule grâce au travail avec massues, puis avec médecine-ball.
Voici pour exemple une séance de musculation pour des enfants de 14 ans :
Rowing menton... 2x6 rép à 80%... 3mn de récup entre séries.
Massues... 2x6 rép à 80%... idem récup.
Développé couché banc... idem.
Ecartés... idem.
Massues... 4x 10 rép.
Développé nuque... idem.
Demi-squat... idem.
Sauts à la corde... 4x15 rép.

2) La coordination et la préparation physique :
On peut distinguer 3 niveaux de coordination :
Une coordination intramusculaire.
Une coordination intermusculaire.
Une coordination perceptivo motrice.

Les 2 premiers niveaux sont les plus en relation avec la préparation physique.
La coordination intramusculaire est gérée selon deux paramètres.
Le recrutement (ou contraction "en rampe ").
La synchronisation (ou mouvement balistique).

L'évolution de l'individu passe par une alternance de périodes "balistiques " et de période "en rampe ". Pour l'efficacité des mouvements explosifs, les périodes "balistiques " sont fondamentales.
La coordination intermusculaire fait appel à ce que les entraîneurs nomment la technique, le développement de l'enfant montre que la règle de construction majeure de cette coordination est l'élaboration de chaînes musculaires dont la commande s'éloigne progressivement de l'extrémité.
b) Descriptions des muscles sollicités :
1) L'épaule
C'est la liaison du membre supérieur avec le tronc.
Les muscles moteurs de l'unité scapulo-humérale (épaule) sont classés en 4 groupes, à savoir :
- les élévateurs : deltoïde, sus épineux;
- les abaisseurs : grand dorsal;
- les fléchisseurs : grand pectoral;
- les extenseurs : les "scapulaires".

Les muscles intervenant dans " l'ARMER " du bras sont :
- les rotateurs externes : sous épineux, petit rond, faisceau spinal du deltoïde;
- les élévateurs : sus épineux, deltoïde par son faisceau spinal de 0 à 45°, par ses 3 faisceaux de 45 à 80° et par son faisceau claviculaire et spinal au-delà de 80%;
- les fixateurs : permettent une stabilité de l'articulation, elle-même assurée par la coiffe des rotateurs. Les tendons des 4 muscles qui coiffent la partie supérieure de la coiffe (sous-scapulaire, sus épineux, sous épineux et petit rond) larges et plats, forment avec la capsule un ensemble homogène constituant un manchon fibreux recouvrant l'articulation. Le sus-épineux est le stabilisateur principal de la tête humérale.

Les muscles intervenant dans " la FRAPPE " du bras d'attaque sont :
- les rotateurs internes : sous-scapulaire, grand dorsal, grand pectoral, faisceau scapulaire du deltoïde, grand rond;
- les abaisseurs;
- les extenseurs du bras;
- le pectoral.

c) L'aérobie chez le volleyeur :
Un bon développement aérobie permet :
- Une meilleure récupération générale après les phases intenses d'entraînement et de match.
- Un fonctionnement aérobie plus efficace dans les fibres lentes.
- Une fourniture plus importante d'O2 à la myoglobine (réserves locales d'O2).
- Une meilleure dégradation des lactates entre les efforts brefs et intermittents.

d) Bibliographie :
- "Préparation physique et prévention" de Laurent DELACOURT
- "Musculation et sports collectifs" de Gilles Cometti
- "Guide des étirements du sportif" de Christophe Geoffroy, J-M. Ferret et G. Houiller

Prépa physique (début de saison)

Hugonoof
Dans un 1er temps travailler en aérobie :
Un bon développement aérobie permet :
- Une meilleure récupération générale après les phases intenses d'entraînement et de match.
- Un fonctionnement aérobie plus efficace dans les fibres lentes.
- Une fourniture plus importante d'O2 à la myoglobine (réserves locales d'O2).
- Une meilleure dégradation des lactates entre les efforts brefs et intermittents.

Ensuite et rapidement travailler en fractionner, genre commencer par du 20-40 (20 s a 100% (vitesse pur) puis 40s en recup. active (footing)), puis passer sur du 30-30 et finir sur du 10-10.

Ensuite le principe est de développer la force :
La force va s'exprimer de deux manières dans le volley-ball :
- la frappe de balle (au smash et au service) sera travaillée par des exercices catégorisés "Haut du Corps".
- le saut (au smash et au contre) et les déplacements seront travaillés par des exercices catégorisés "Bas du Corps".

La vitesse quant à elle va s'exprimer :
- Coordination motrice, déplacements et équilibres seront travaillée par des exercices catégorisés "Développement Moteur".

Pour permettre une bonne préparation du dos nécessaire à la stabilisation Spécifique de la colonne Lombaire, il est primordial de faire travailler la sangle abdominale ainsi que les muscles dorsaux lombaire, par des exercices catégorisés "gainage".

Ainsi pour faire simple les exercices seront divisés en 4 catégories :
Haut du corps, Bas du corps, Développement moteur, gainage.


La phase centrale de préparation doit être étudiée en fonction de deux critères très précis, à savoir toujours essayer de respecter le Rapport agoniste/antagoniste et la notion de Force/vitesse.
Lorsque l'on observe les efforts requis en volley-ball, on constate que l'effort explosif est primordial.
On arrive à la contradiction suivante : souvent pour préparer des efforts explosifs brefs de grande qualité on utilise des exercices lents en grosse quantité. On oublie que musculairement ces 2 types d'efforts n'ont rien à voir. On peut même ajouter que dans un cas on développe les fibres lentes (endurance) et que dans l'autre on a besoin surtout des fibres rapides (explosivité).
Par exemple, a trop pratiquer la course lente, on va à l'encontre du but recherché : améliorer l'efficacité du joueur.

Donc pour résumer, travailler en priorités :
1- la stabilisation Spécifique de la colonne Lombaire (Abdos, Dorsaux et gainage) et respecter le Rapport agoniste/antagoniste, travailler autant les abdos que les dorsaux.

2- Ensuite travailler la coordination, les déplacements...

3- Puis finir par un travail des muscles sollicités dans le saut et la frappe de balle :


Les muscles moteurs de l'épaule sont classés en 4 groupes, à savoir :
- les élévateurs : deltoïdes, sus épineux;
- les abaisseurs : grand dorsal;
- les fléchisseurs : grand pectoral;
- les extenseurs : les "scapulaires".

Les muscles intervenant dans "l'ARMER" du bras sont :
- les rotateurs externes : sous épineux, petit rond, faisceau spinal du deltoïde;
- les élévateurs : sus épineux, deltoïde par son faisceau spinal de 0 à 45°, par ses 3 faisceaux de 45 à 80° et par son faisceau claviculaire et spinal au-delà de 80%;
- les fixateurs : permettent une stabilité de l'articulation, elle-même assurée par la coiffe des rotateurs. Les tendons des 4 muscles qui coiffent la partie supérieure de la coiffe (sous-scapulaire, sus épineux, sous épineux et petit rond) larges et plats, forment avec la capsule un ensemble homogène constituant un manchon fibreux recouvrant l'articulation. Le sus-épineux est le stabilisateur principal de la tête humérale.

Les muscles intervenant dans "la FRAPPE" du bras d'attaque sont :
- les rotateurs internes : sous-scapulaire, grand dorsal, grand pectoral, faisceau scapulaire du deltoïde, grand rond;
- les abaisseurs;
- les extenseurs du bras;
- le pectoral.

Les muscles intervenant dans "Le saut" :
Mon système de propulsion est doté de quatre éléments principaux qui dépendent les uns des autres.

Ils forment une chaîne qui est indissociable en vue de votre entraînement :
Les mollets, les cuisses, les abdos et les fesses. Ainsi lorsque l'on regarde un black sauter, nous avons vite réalisé que ce n'était pas la finesse de leur mollet (bien que les fibres rapide soient importantes) qui les faisait aller aussi haut mais leur impressionnante sangle abdominale et leurs fesses hyper toniques.

Les fesses c'est l'extenseur de la cuisse et les abdos sont le centre névralgique de tout le haut du corps.

En résumé :
- Les jumeaux et soléaires (mollets).
- Les quadriceps (cuisses).
- Les grands fessiers.
- Les abdos.

Après tout dépend du matériel que vous disposez pour faire travailler tout ca, donc à vous de trouver les exercices adapté, et surtout sans oublier une chose primordiale :

Faire du physique, c'est chiant et très peu de joueurs aiment ça, et si vous voulez que ca soit efficace, il faut qu'ils le fassent bien, et pour qu'ils le fassent bien, il faut qu'ils prennent plaisir, et pour qu'ils prennent plaisir il faut savoir rendre ludique cette préparation, par des jeux, par des alternances Physique/Ballons.

Réveil musculaire : stretching postural

Falcon

Pendant l'étirement, effectuer des petites respirations. Entre chaque étirement, relâcher tous les muscles et effectuer des grandes respirations.